Conduite supervisée, la conduite accompagnée pour les plus de 18 ans

Modifié le samedi 30 juin 2018
La conduite supervisée
4.7 (93.33%) 3 votes

Contrairement à la conduite accompagnée qui est destinée uniquement aux jeunes de 15 ans à 18 ans, la conduite supervisée est réservée aux personnes âgées de 18 ans et plus. Avant de pouvoir profiter de cette forme de conduite accompagnée et bénéficier des avantages, il faut respecter certaines conditions. Quelles sont-elles ? Quels sont les avantages ?

Les conditions pour être en conduite supervisée

Quel conducteur est concerné ?

Toute personne majeure, donc âgées de 18 ans ou plus, peuvent suivre la formation de la conduite supervisée. De plus, il est obligatoire d’avoir en sa possession l’examen théorique du Code de la route. Celui-ci est valable 5 ans après sa date d’obtention.

Quand choisir la conduite supervisée ?

Il est possible de choisir la conduite supervisée lors de son inscription dans une auto-école proposant cette formation ou bien après un échec à l’épreuve pratique du permis de conduire. Pour pouvoir conduire dans le cadre de la conduite supervisée, il est nécessaire :

  • d’avoir obtenu le code de la route ;
  • d’avoir une Attestation de Fin de Formation Initiale (AFFI), ce qui correspond à un minimum de 20 heures. Sauf exceptions pour les véhicules équipés de boîtes automatique (13 heures) et les titulaires d’une autre catégorie de permis (sauf AM et B1) où le nombre d’heure dépend de la progression dans l’apprentissage du conducteur ;
  • d’avoir un accord écrit par la société d’assurance auprès de laquelle a été souscrit le contrat pour le ou les véhicules utilisés ainsi que les accompagnateurs ;

Si le candidat souhaite être en conduite supervisée après avoir échoué à l’examen du permis de conduire, il est nécessaire de réaliser un rendez-vous de deux heures dont une de conduite avec un moniteur et un accompagnateur. Une autorisation de conduire en conduite supervisée sera ensuite délivrée.

Les avantages de la conduite supervisée

Grâce à cette formule, les personnes âgées de plus de 18 ans peuvent profiter de la conduite accompagnée. Pouvoir pratiquer la conduite, même accompagnée, offre de nombreux avantages pour le candidat au permis de conduire :

  • acquérir de l’expérience de conduite en se confrontant aux conditions réelles de la route. De plus, ces heures de conditions ont un moindre coût comparé aux heures de conduite effectuées en auto-école ;
  • augmenter ses chances de réussite à l’examen du permis de conduire grâce à l’expérience gagnée durant sa période de conduite supervisée ;
  • soutenir le conducteur, qui doit être déclaré en tant qu’accompagnateur auprès de son assurance, en prenant sa place lors de long trajet par exemple ;
  • après l’obtention du permis de conduire, l’assurance appliquera une surprime moins importante à partir de la première année comparé à un jeune conducteur classique. Le coût de la surprime se verra donc diminué à 50% la première année, 25% la seconde année puis être supprimé pour la dernière année du permis probatoire ;

Le déroulement pendant la conduite supervisée

Choisir son accompagnateur

La conduite supervisée doit obligatoirement s’effectuer avec un accompagnateur. Pour être accompagnateur, la personne doit respecter plusieurs conditions :

  • être titulaire du permis B valide n’ayant fait l’objet d’une annulation ou d’une invalidation dans les 5 années précédentes ;
  • avoir obtenu l’autorisation aurpès de sa compagnie d’assurance ;
  • être mentionné dans le contrat signé avec l’école de conduite ;

Il est tout à fait possible d’avoir plusieurs accompagnateurs, ce qui peut être un avantage permettant de conduire plus souvent avec différentes voitures. Ces accompagnateurs peuvent être hors du cadre familial, tant qu’ils respectent les conditions listées ci-dessus.

Les limitations de vitesse

Comme pour la conduite accompagnée et la période de permis probatoire, les limitations de vitesse sont limitées en conduite supervisée. Sur autoroute, la vitesse est limitée à 110 km/h au lieu de 130 km/h. En agglomération, la vitesse reste inchangée à 50 km/h. Pour toutes les autres limitations de vitesse, il faut diminuer la vitesse de 10 km/h : 100 km/h au lieu de 110 km/h, 80 km/h au lieu de 90 km/h.

Type de voie Vitesse maximum Vitesse “classique”
Autoroutes 110 km/h 130 km/h
Routes à voies séparées par un terre-plein 100 km/h 110 km/h
Routes 80 km/h 90 km/h
Route à double sens, sans séparateur central 80 km/h 80 km/h
Agglomérations 50 km/h 50 km/h

En cas de temps pluvieux ou de brouillard, les limitations restes à 110 km/h pour les jeunes conducteurs. De même pour les limitations fixées dans des zones de travaux.

Quand passer l’examen du permis de conduire ?

Durant les trois premiers mois, un rendez-vous sera proposé par l’auto-école avec votre accompagnateur. L’objectif étant de vous évaluer sur la route ainsi que de répondre à vos questions. À la fin de ce rendez-vous, le moniteur vous proposera de passer l’examen du permis de conduire en prenant en considération également de votre ressenti. Information : avant la loi Macro de 2015, il était obligatoire de devoir parcourir au minimum 1000 kilomètres et pendant au moins 3 mois pour pouvoir passer l’examen pratique. Depuis, ces deux critères ont été supprimés.

Le nombre de points

Suite à une conduite supervisée, la durée du permis probatoire est de trois ans contrairement à la conduite accompagnée classique. Le nouveau titulaire du permis de conduire dispose donc de 6 points et devra attendre trois ans sans commettre d’infractions pour obtenir les 12 points maximum.

3 Partages
Partagez3
Tweetez
Partagez