Les rendez-vous pédagogiques

Modifié le vendredi 27 mars 2020
3.9/5 - (14 votes)

Obligatoires, les rendez-vous pédagogiques permettent à l’enseignant de mesurer les progrès de l’élève en évaluant les comportements issus de la conduite accompagnée.

Pourquoi les rendez-vous pédagogiques ?

Les rendez-pédagogiques permettent à l’enseignant(e) :

  • d’évaluer les progrès de l’’élève ;
  • de corriger certaines erreurs ou mauvaises habitudes, ou de traiter certaines insuffisances ;
  • d’améliorer les connaissances dans le but de développer des attitudes positives.

Il y a au minimum deux rendez-vous organisés sur deux séances de trois heures ou de trois séances de deux heures. Le premier, entre quatre et six mois après la fin de la formation initiale. Ce qui correspond normalement à un parcours d’au moins 1000 kilomètres effectué en conduite accompagnée. Le second, dans les deux mois avant la fin de la période de la conduite accompagnée. Il est possible qu’en cas de difficulté particulière, un rendez-vous pédagogique supplémentaire soit organisé à la demande de l’enseignant(e), de l’élève ou de l’accompagnateur.

Le permis de conduite fait partie des examens rythmé par l’angoisse et le stress. Vous devez trouver une auto-école de qualité pour votre permis de conduire Bruxelles ou ailleurs, car certaines peuvent rapidement mettre la clé sous la porte et encore augmenter ce degrés de stress. Pensez à regarder les avis des clients, cela permet de cibler les établissements les plus performants.

Le premier rendez-vous pédagogique.

Il se déroule en deux parties :

  • séance individuelle de conduite de 60 minutes avec un(e) enseignant(e) ;
  • séance collective d’’animation en salle de 120 minutes, au plus tard quinze jours après la séance de conduite.

La séance de conduite.

D’une durée d’une heure, dans un véhicule appartenant à l’établissement d’enseignement de la conduite, cette séance s’agit d’une phase en circulation donnant lieu à une évaluation de la pratique de la conduite. Elle se déroule en trois temps :

  1. Un entretien entre le formateur, l’élève et l’accompagnateur d’une dizaine de minutes. Le formateur se renseigne sur l’expérience acquise par l’élève en posant des questions concernant par exemple le kilométrage parcouru, le type de terrain, les durées de parcours, les problèmes éventuels de fatigue, les conditions météorologiques et les conditions de trafics rencontrées, les infractions commises et éventuelles constatées, les conflits avec d’autres usagers, la maîtrise du véhicule, l’accrochage, le presqu’accident ou l’accident éventuel, les difficultés particulières rencontrée.Il est souhaitable que chacun s’exprime de façon équitable. Les enseignants doivent être attentifs à l’expression de l’élève, au cas où l’accompagnateur serait trop bavard ou trop envahissant.
  2. Une conduite effective pendant environ quarante minutes. L’élève doit parcourir un trajet comportant quelques difficultés en conduisant comme il en a l’habitude. Sans faire de commentaires pédagogiques, l’enseignant(e) observe particulièrement les points suivants : manipulation des commandes, positions et placement sur la chaussée, adaptation de l’allure, anticipation, regarde, coussins d’espace, respect de la signalisation, comportement vis-à-vis des piétons et cyclistes.
  3. Evaluation de la conduite pendant une dizaine de minutes. De retour au point de départ, l’enseignant(e) demande son avis sur sa conduite à l’élève, puis à l’accompagnateur, et enfin donne le sien en indiquant précisément les points positifs et négatifs constatés.

La séance d’animation en salle.

Cette séance d’animation est une discussion en groupe, avec une expression libre de tous les participants, sur différents thèmes de Sécurité Routière. Ce n’est donc pas un exposé magistral ou de une vidéo automatique. C’est un nouveau rôle pour l’enseignant(e) de la conduite :

  • mettre en évidence les éléments intéressants des diverses expériences ;
  • faciliter l’’expression de chacune des personnes présentes ;
  • recentrer les discussions en surveillant le débat ;
  • donner au groupe les moyens de faire des synthèses de ce qui est dit.

Pour une séance soit intéressante, il faut qu’elle regroupe au moins 3 personnes et au maximum 10. Plusieurs thèmes doivent être obligatoirement traités pendant les 2 rendez-vous pédagogique : Alcool, Vitesse, Fatigue/Vigilance/Médicaments, Assurances. D’autres thèmes sont facultatifs : Intempéries, Conduite sur autoroute, nuit etc. Le choix de ces thèmes est fait en fonction des demandes ou bien de carences constatées par le formateur. Les discussions/débats entre les différents éléments du groupe seront entrecoupées d’informations concrètes données par le formateur, mais sans les imposer de façon péremptoire. D’autant que la présence de l’accompagnateur montre la plupart du temps (et c’est là l’intérêt de sa présence) certaines méconnaissances flagrantes et certaines objections qui peuvent déstabiliser. Il ne faut surtout pas vouloir convaincre, mais simplement être crédible par les informations données. Ne pas oublier que les « savoir-être » ne peuvent s’améliorer que si on améliore à la fois les « savoirs » et les « savoir-faire ». Et l’enseignant(e) n’a véritablement aucune possibilité pour agir directement sur les comportements. Mais c’est quand même un objectif du rendez-vous pédagogique, bien qu’il ne soit pas explicite : c’est-à-dire effectuer une sorte de « recyclage » des accompagnateurs. C’est précisément à ce niveau que le rôle de l’enseignant s’élargit, et qu’il ne se cantonne plus seulement à l’apprentissage de la conduite.

A la fin de la séance, les élèves complètent leur livret d’apprentissage ; l’enseignant(e) fait une synthèse de ces 2 heures, en donnant éventuellement quelques conseils pour la suite de la conduite accompagnée ; et enfin propose une période pour le prochain rendez-vous pédagogique.

Le deuxième rendez-vous pédagogique.

Il se déroule en trois parties :

  • Un entretien avec l’élève et son (ou ses) accompagnateur(s), identique au premier rendez-vous pédagogique, en utilisant en plus une carte routière au 1/250 000e ou au 1/200 000e, avec laquelle l’élève prépare un trajet comportant des parcours sur tous types de terrains (agglomération, route, et si possible autoroute) ;
  • La conduite effective, en deux parties. Une première partie, d’une vingtaine de minutes, où l’élève effectue le trajet préparé. Pendant ce temps, le formateur pose des questions, discute avec l’élève pour vérifier s’il est capable de gérer cette surcharge et de conserver une automatisation et une analyse correctes. Puis, dans une deuxième partie d’une dizaine de minutes, l’enseignant(e) effectue une sensibilisation à l’examen du permis de conduire ;
  • L’évaluation de la conduite, qui se déroule de la même façon qu’au premier rendez-vous ;

La séance d’animation en salle.

Mêmes conditions que pour le premier rendez-vous pédagogique.

Exceptionnellement, un troisième rendez-vous pédagogique peut être proposé, pour approfondir certains sujets, ou si le kilométrage effectué par l’élève est inférieur à celui préconisé. Il semble toutefois difficile, dans le contexte économique actuel, de positionner ce type de rendez-vous s’il n’a pas été prévu dès le départ.

1 Partages
Partagez1
Tweetez
Partagez
Enregistrer